background
Accueil Nous joindre English
Accueil Mots de Julie La bouffe, partout et tout le temps!

Les mots de Julie

La bouffe, partout et tout le temps!

Partager »
La bouffe, partout et tout le temps!

Le poulet est-il bourré d’antibiotiques ? Les gras trans sont-ils encore l’ennemi numéro un de la santé du coeur ? Quels sont les meilleurs aliments pour la vision ? À quel point regarder la télévision réduit l’espérance de vie ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles vous trouverez une réponse dans ce méli-mélo nutritionnel.

Gras trans et décès

Saviez-vous que, selon la Fondation des maladies du cœur, la consommation de gras trans pourrait être responsable de 3000 à 5000 décès annuels, pour cause cardiovasculaire au pays?

Ces mauvais gras augmentent le mauvais cholestérol sanguin (LDL) et réduisent le bon cholestérol (HDL), multipliant ainsi les risques de maladies du coeur. Même si, depuis quelques années, les gras trans se font de moins en moins nombreux dans plusieurs produits alimentaires, nous en consommerions encore trop. Selon un rapport de 2010, divulgué en vertu de la Loi sur L’accès à l’information, les canadiens consomment en moyenne 1,4% de leur énergie totale quotidienne sous forme de gras trans, alors que l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de limiter notre apport à 1%. Mais où se cachent les gras trans ? Les principales sources sont les margarines, le shortening, le pain à l’ail, les desserts et les pâtisseries comme les biscuits, les croissants, les tartes, les beignes, les muffins commerciaux et les brownies.

Protéines et santé

Saviez-vous que chez les Nord-Américains, la distribution des protéines est malheureusement mal répartie? En effet, nous consommons très peu de protéines au petit déjeuner, un peu au repas du midi et une surabondance au repas du soir. Or, des études récentes révèlent qu’une répartition plus égale à chaque repas (30 g à chaque repas) favorise la croissance et le maintien de la masse musculaire. Également mieux distribuées durant la journée, les protéines permettent de maximiser l’énergie quotidienne, d’optimiser les performances intellectuelles et de faciliter la gestion du poids. Le matin, soyez donc plus généreux avec les aliments riches en protéines comme le yogourt grec, le fromage cottage, le lait ou la boisson de soya et les œufs. Et pour le repas du soir, ayez la fourchette plus légère avec la viande !

Aliments et vision

Saviez-vous que certains aliments permettent d’améliorer notre vue ou de freiner sa dégradation ? C’est le cas du foie, du jaune d’œuf, des carottes, des abricots, des courges, de la patate douce et des légumes verts. Leur point commun ? Leur richesse en vitamine A, élément essentiel pour la santé des yeux. Cette vitamine contribue concrètement au bon fonctionnement de la rétine et à la vision nocturne. Mais attention ! Une trop forte consommation de vitamine A, provenant des aliments d’origine animale ou de suppléments, peut engendrer des problèmes de malformations congénitales et l’ostéoporose. Ainsi, pour bien voir, il faut bien manger…de tout, avec modération !

Poulet et antibiotiques

Saviez-vous qu’au Canada, l’utilisation d’hormones de croissance pour le poulet est interdite depuis 1973? Malgré cette réglementation, les producteurs peuvent contourner la loi puisque l’utilisation d’agents antimicrobiens (comme les antibiotiques), est permise à des fins thérapeutiques. Concrètement, cela signifie qu’il est possible d’administrer, à titre préventif, de faibles doses d’antibiotiques aux poulets, dans le but de prévenir les infections mais aussi, de stimuler leur croissance. Malgré que cette pratique possède ses avantages, elle fait l’objet d’un débat à l’échelle internationale. L’emploi de ces stimulateurs de croissance antimicrobiens favoriserait la résistance aux antibiotiques, lesquels deviendraient de plus en plus inefficaces chez l’humain. Voilà pourquoi le gouvernement du Canada s'engage à mener des activités visant à prévenir, à limiter et à contrôler l'émergence et la propagation de la résistance aux antimicrobiens. Dossier à suivre !

Pommes et antioxydants

Saviez-vous que plusieurs pommes rouges renferment davantage d’antioxydants que les pommes jaunes ou vertes ?  Et, que la couche de cire qui recouvre les pommes sert à prévenir leur déshydratation, à prolonger leur durée de vie et à améliorer leur texture ? Croquez donc vos pommes, une fois lavées sous l’eau, en toute sécurité ! Même si manger une pomme par jour n’éloigne pas le médecin pour toujours, une consommation régulière semble toutefois bénéfique pour réduire divers types de cancer (poumon, pancréas, prostate, sein, colorectal). Rappelez-vous qu’environ le tiers des cancers sont directement reliés à la nature de notre régime alimentaire. Or, la consommation de 5 à 10 portions de fruits et légumes chaque jour représente la meilleure stratégie alimentaire pour prévenir cette maladie. Profitez donc de l’abondance automnale pour croquer des pommes du Québec et faire le plein de plaisir et de bienfaits.

Obésité et taxes sur les boissons sucrées

Saviez-vous que le surpoids et l’obésité sont en progression depuis 2003, tant chez les jeunes que les adultes ? Selon les données récentes de Statistique Canada, près de 62 % des hommes et 46 % des femmes souffrent d’embonpoint ou d’obésité. La situation chez les jeunes canadiens de 12 à 17 ans est également inquiétante : près de 29 % des garçons et 17 % des filles sont obèses ou présentent un surpoids. Pour freiner cette épidémie, il est certes nécessaire que les individus se responsabilisent, mais le gouvernement doit aussi s’impliquer, en appliquer des politiques publiques favorisant de saines habitudes de vie. Or, l’idée de taxer les aliments peu nutritifs, comme les boissons gazeuses, semble une avenue intéressante. Du moins, c’est la conclusion d’une étude de l’Université de Caroline du Nord et de l’Institut national de santé publique du Mexique, qui a démontré qu’une taxe mexicaine sur les boissons sucrées a permis une réduction dans leur consommation. Rappelons que les boissons sucrées contribuent à l’obésité, au diabète, aux maladies cardiovasculaires et à la carie dentaire.

Télévision et espérance de vie

Saviez-vous que, selon une étude australienne (menée sur onze mille adultes), les adultes qui regardent la télévision six heures par jour réduiraient de cinq ans leur espérance de vie ? À plus faible dose, chaque heure par jour passée devant la télé écourte la durée de vie de 22 minutes. À l'opposé, quinze minutes d'exercice physique par jour suffiraient à allonger l'espérance de vie de trois ans, selon une étude taïwanaise menée, pendant huit ans, sur plus de 400 000 personnes.

Bref, on ne le dira jamais assez, mais la pratique quotidienne d’activités physiques et la consommation de 5 à 10 portions de fruits et légumes par jour demeurent la clé pour rester en bonne santé !

Partager »
« Retour à la liste